RETOUR PAGE ACCUEIL

Lire tracts : N°1   N°2  N° 3

OCCUPATION DE L'ACCUEIL de L'AGENCE de GUINGAMP

 

                                      AG00038_.gif (3106 octets)Le lundi 21 juin à la prise de service à 8h, les 11 agents de la construction/maintenance lignes terminales de L'Agence 22  Guingamp ( site de Bellevue Saint Agathon ) apprennent par un "mail" diffusé par leur responsable d'équipe qu'ils sont "nominés" pour être mutés à la maintenance des câbles multipaires dans l'Unité Infrastructure du Réseau ( UIR ) Côtes d'Armor/Ille et Vilaine. Ils sont convoqués à un entretien individuel avec le cadre responsable des travaux infrastructure à l'UIR.

Ces 11 agents avaient pourtant très clairement fait comprendre lors d'une consultation organisée par les directions des 2 unités opérationnelles qu'ils souhaitaient rester sur leur poste de travail actuel à la construction maintenance lignes terminales.

De fait la direction de l'agence voulait se servir de cette restructuration pour obliger tous les agents à signer une nouvelle fiche de poste , pour se débarasser des éléments les plus combattifs , tenter de casser la cohésion du groupe et affaiblir la section syndicale CGT.

  C'était sans compter sur la détermination des agents. Devant le refus de dialogue du responsable du département qui prétend ne pas pouvoir se libérer avant 17 heures, les agents décident de se rendre dans l'accueil commercial de l'agence place du Champ au Roy à Guingamp et d'y attendre l'ouverture de véritables négociations.AG00037_.gif (6684 octets)

  A 10h le lundi matin le directeur de l'agence tout en faisant du chantage à la retenue du 1/30ème, propose une rencontre avec le directeur de département sur le site de Bellevue. Les agents refusent et exigent des négociations sur place à l'accueil.

A 11h les discussions débutent à l'accueil et prenant conscience de la détermination individuelle et collective des agents, le responsable du département accepte de prendre en compte le choix des agents des lignes terminales et d'annuler le "mail" qui a provoqué le mouvement.

L'accord est refusé par le directeur de l'agence qui pense que la méthode du bâton va être efficace.

Les agents décident de rester sur place, affichent leurs revendications sur la façade de l'accueil.

La direction menaçe de fermer l'accueil au public mais ne peut prendre prétexte de l'attitude des agents pour ce faire.

En effet tout en restant dans l'accueil et en expliquant aux usagers les raisons de notre action, nous faisons en sorte de ne pas bloquer le service.

Les agents décident également de tenir une conférence de presse en milieu d'après midi pour expliquer les motifs de l'action et annoncer leur décision d' attendre toute la nuit si nécessaire l'ouverture de négociations.

La direction fait savoir qu'elle accepte de rencontrer la CGT mais pas avant le mercredi matin !!! Elle espère ainsi casser le mouvement.

AG00072_.gif (4513 octets)A 18h30 le lundi 21 Juin 1999 ce n'est pas la direction qui se présente mais un huissier de justice qui vient constater 'l'occupation des locaux".

Les grèvistes lui font remarquer qu'ils sont dans ces lieux non pour "occuper" mais pour attendre le directeur de l'agence et qu'ils souhaitent que les cadres et notamment le responsable du département restent sur place.

Après avoir fait un inventaire des postes téléphoniques et du matériel avec l'huissier , la direction nous confie les clés de l'agence!!!!!

Nous le faisons constater par l'huissier.

Au cours de la soirée nous recevons le soutien des autres services de Guingamp, Lannion, Paimpol. Avec ces collègues dans la nuit nous rédigeons une pétition qui sera massivement signée à la prise du travail le mardi matin et faxée à la direction de l'agence.

Les agents de Paimpol décident de se joindre au mouvement et rejoignent l'agence de Guingamp le mardi matin, des collègues de la profession et de l'interpro passent nous soutenir.

L'occupation fait les gros titres de la presse locale, c'est le thème de l'affichette de masse d'un journal local.

Le directeur de l'agence 22  prenant enfin conscience de notre détermination, de la popularité du conflit relayée par la presse et surtout du risque d'extension propose une rencontre avec les organisations syndicales ( CGT, SUD, CFDT ) sur le site de Bellevue à 11 heures.

La majorité des collègues restent devant l'accueil pour le réinvestir en cas d'échec des négociations.

A 11h45 la négociation s'achève. La direction reconnait que les agents des lignes terminales ont valablement répondu au questionnaire, elle prend en compte leur réponse et décide de relancer une consultation parmi l'ensemble du personnel. AG00080_.gif (2847 octets)La direction renonce à des sanctions disciplinaires. Les agents sont considérés en grève le lundi avec une retenue de 1/30 ème.

Après discussion, nous décidons de reprendre le travail le mardi après midi, mais tous les agents se déclarent prêts à reprendre le même type de mouvement si la direction persiste dans ses méthodes.

La balle est désormais dans le camp des directions qui du fait de leurs erreurs répétées vont avoir beaucoup de mal à réorganiser la maintenance câbles sur les Côtes d'Armor.