SAINT AGATHON

 

Histoire de Saint Agathon / SAND-EGANTON

d'après le dictionnaire des noms de COMMUNES, trêves et paroisses
des COTES D'ARMOR deBernard Tanguy

livreanim.gif (10468 octets)

AG00110_.gif (1686 octets)
Saint Agathon ,
en breton Sand-Eganton
prononcé Zan Eganton.
 
Ancienne trêve de Ploumagoar, devenue commune en 1790, paroisse en 1802, Saint Agathon présente un territoire aux limites très artificielles, partagé en deux par le cours du Frout, affluent du Trieux, près duquel est établi le Bourg.
 
Tardivement mentionnée dans les documents, la localité a des origines obscures, mais qui pourraient être liées à la présence d'un établissement monastique.
 
Outre qu'il est fait mention vers 1330 dans le Pouillé des bénéfices du diocèse de Tréguier, du prieur de "Saint Guengonton" , puis en 1516 du "Prieuré de Saint Neganton" , des parcelles dites Le Prieuré et Prat-ar-Prieuré "le Pré du prieuré" jouxtent l'église au nord.

On ne saurait dire de quelle abbaye dépendit cet établissement. Un prieuré de Saint-Guenganton est mentionné parmi les possessions de celle de Saint Méen ( Ille et Vilaine), mais il s'agirait de Saint -Ganton ( I. et V.).

Faute de documents, il serait aléatoire de l'attribuer à l'abbaye de Saint-Melaine de Rennes, dont relevaient les prieurés de Saint-Sauveur et de La Trinité de Guingamp et l'église de Ploumagoar, plutôt qu'à l'abbaye de Sainte-Croix, qui fut confirmée en 1190 dans la possession de "l'église de Saint-Maudet avec trois fermes et dans celle de la moitié de la dîme de la paroisse de Ploumagoar".

C'est à cette chapelle aujourd'hui détruite, située au village de Maudé, quon conduisait jadis, comme l'atteste un témoignage de 1371, les gens atteints du "mal de saint-Maudez".

suite en haut à droite

 Saint Agathon.
 
Arrondissement et canton de Guingamp.
Evêché de Tréguier; trêve de Ploumagoar; eglise de Saint Agathon.
 
Prior S. Guengontoni, v.1330
Saint Guenganton, 1447
prioratus S. Negantonii, 1516
Saint Neganton,1555
Sainct Eganton, 1574
Sainct Aganthon, 1583
breton Zan Eganton
__________________________

suite

AG00110_.gif (1686 octets)

C'est un autre saint breton qui a donné son nom au bourg, saint Gwéganton.
 
Prononcé en breton Zan Eganton, par l'intermédiaire d'une forme San (t) Weganton, il a été faussement assimilé au pape saint Agathon, actuel patron de l'église.
La tradition locale veut qu'il ait vécu en ermite dans les bois de Malaunay.
 
Patron également de Lanfains, il est l'homonyme d'un saint confesseur qui figure, noté Gueganton, dans d'anciennes litanies bretonnes du XIe siècle et, transcrit Guenguenton, à la date du 2 mai dans un bréviaire de l'abbaye de Saint-Méen du XVIe siècle.
Sans doute sont-ce ses reliques qui sont mentionnées parmi celles transférées de l'abbaye de Léhon à Paris vers 920.
Au nombre de celles ci, la Translation de Saint Magloire indique, en effet, une "partie du corps de Winganton abbé".

 

Page précédente

 

 

RETOUR SOMMAIRE