Sur Dialogues et Actions pour la vie et la paix

Universités d’été de l’eau

Séance plénière du 14 novembre 2005

 

Guy Jourden pour le groupe CGT

 

 

 

Si la CGT approuve l’organisation d’Universités d’été ayant pour but de développer un débat et une réflexion sur le droit et l’accès à l’eau pour tous, elle s’interroge sur la solution proposée consistant à encourager les collectivités publiques régionales et autres à consacrer jusqu’à 1% de leur budget relatif à l’eau et l’assainissement à  des projets de coopération internationale dans le domaine de l’eau.

 

En effet les arguments évoqués par M. Oudin pour défendre sa loi sont on ne peut plus clairs.

 

Il s’agit tout simplement de récolter une manne financière publique prélevée sur les factures d’eau pour permettre aux grands groupes français de capter, par l’investissement dans le réseau, le futur marché des pays en développement. Il appelle cela exporter le savoir faire et le modèle de service public de l’eau à la française.

 

Pour nous d’autres voies solidaires sont possibles. Celle d’abord d’une véritable coopération permettant un type de développement correspondant aux besoins réels de ces pays. Celle ensuite d’une participation financière des grands groupes multinationaux au prorata de leurs profits.

 

Ceci nous amène à proposer une réflexion dans le cadre des débats des Universités d’été :

 

« Veut-on rentabiliser la légitime solidarité de tous au profit exclusif de quelques multinationales ou permettre un véritable développement durable sur la base d’une coopération solidaire ?